Il est possible que vous n'ayez pas entendu parler du syndrome du bébé secoué, ou SBS, et pour cause, il est encore assez méconnu. Pourtant, ce syndrome entraine dans 10 à 40% des cas des séquelles irréversibles, voire la mort du bébé. Dans cet article, on vous dit tout sur ce malheureux syndrome.

Source : La Maison des Maternelles

Qu'est-ce que le syndrome du bébé secoué ?

Le syndrome du bébé secoué est un traumatisme crânien qui survient en général lorsque le nourrisson ou le jeune enfant a été violemment secoué. Généralement, cela arrive lorsque la personne finit par être excédée par les pleurs de l'enfant. Or, on sait tous qu'un bébé est un être extrêmement fragile et que secouer un bébé est très dangereux ! C'est même un acte d'une très grande violence et une forme de maltraitance physique mortelle ! Bien souvent, les conséquences sont très graves et permanentes.

Ce syndrome se produit lorsqu'un adulte ou une personne ayant la garde de l'enfant se met à secouer violemment un enfant par le tronc, les épaules ou les extrémités. La tête de l'enfant est alors agité dans tous les sens, provoquant des secousses pouvant faire saigner ou enfler le cerveau de l'enfant. Cependant, les blessures étant internes, il est difficile vu de l'extérieur de remarquer ce syndrome et de le dépister : c'est pourquoi il est assez méconnu et sous-estimé.

Il faut savoir que la tête d'un bébé est lourde, tandis que sa nuque et les muscles de son cou sont encore très fragiles. En secouant un enfant, des lésions au cerveau peuvent être provoquées et entrainer des saignements, des ecchymoses ou une fracture du crâne. Dans 10 à 40% des cas, l'enfant meurt de ses blessures ou aura des séquelles irréversibles.

Bien souvent, les symptômes liés à ce syndrome sont :

  • une irritabilité
  • des vomissements
  • une somnolence
  • des tremblements ou des convulsions
  • des difficultés à respirer
  • une perte de connaissance
  • une léthargie

Il est impossible qu'un bébé ayant fait une chute puisse développer ce syndrome. Toutefois, si votre enfant présente ces symptômes ou davantage, appelez immédiatement le 911.

Source : Hopitaux Robert Schuman

La plupart des enfants qui réussissent à survivre de ce syndrome ont toutefois de grandes séquelles à vie, telles que :

  • une paralysie
  • une cécité
  • des troubles de l'alimentation
  • des troubles du sommeil
  • de l'épilepsie
  • des retards de développement
  • des déficits cognitifs

Comment éviter le syndrome du bébé secoué ?

Il est tout à fait normal de se sentir dépasser par les évènements, de ressentir de l'impuissance face aux pleurs incessants d'un enfant et de ressentir parfois de la colère. Cependant, il n'est pas normal de passer à l'acte et de secouer un enfant pour le faire taire.

Il est donc très important, pour éviter toute violence et gestes irréversibles, de demander de l'aide en cas de besoin. Si vous vous sentez stressé ou dépassé, essayez d'appeler quelqu'un qui puisse vous remplacer le temps de vous calmer. Vous pouvez également choisir de faire garder votre enfant par une personne de confiance ou une nourrice ou à la crèche. Si cela n'est pas possible, choisissez de laisser le bébé pleurer dans une pièce et isolez-vous le temps qu'il vous faudra pour reprendre vos esprits. Si vous êtes excédé, il n'est jamais bon de garder un enfant dans les bras !

Dans tous les cas, il est très important de ne pas confondre secouer et jouer. En effet, lorsqu'on joue avec un enfant, qu'on le fait sauter en l'air et qu'on le rattrape par exemple, sa tête ne bouge presque pas. Il n'y a donc aucun risque que l'enfant se fasse mal. Le jeu est d'ailleurs très bon pour le développement de l'enfant. Mais pas le fait de le secouer, jamais !

On espère que cet article vous aura plu. N'hésitez pas à nous suivre sur les réseaux sociaux pour plus de contenu. À bientôt sur Passion Petite Enfance !