De nos jours, bien des méthodes existent pour palier aux problèmes d'infertilité que peuvent rencontrer les couples. Dans cet article, nous vous expliquons tout sur les différentes méthodes, traitements médicaux, interventions chirurgicales ou procréation médicalement assistée possibles pour réussir à avoir un enfant malgré l'infertilité.

Les traitements possibles en cas d'infertilité

Le traitement hormonal

En général, le traitement hormonal est une solution proposée aux femmes ayant des troubles de l'ovulation et des soucis d'infertilité, surtout si la production d'ovocyte est inexistante ou insuffisante.

Pour stimuler l'ovulation, des hormones peuvent être administrées. On retrouve souvent le clomifène citrate : ce médicament agit sur l'hypophyse, une glande qui permet la sécrétion d'hormones qui déclenchent l'ovulation.

Il existe aussi d'autres hormones, plus spécialisées dans certains troubles, tels que l'hyperprolactinémie (augmentation excessive de la prolactine dans le sang) ou le syndrome des ovaires polykystiques.

Une intervention chirurgicale

Dans certains cas, une intervention chirurgicale peut être une bonne solution.

En effet, chez la femme, une chirurgie peut grandement aider si le problème provient d'une obstruction des trompes de Fallope, d'une malformation congénitale utérine, de tumeurs bénignes ou en cas d'endométriose.

Chez les hommes, une intervention est la bienvenue pour traiter la varicocèle (dilatation permanente des veines du cordon spermatique), car cela peut aider à déboucher les canaux et ainsi mieux permettre le passage des spermatozoïdes.

L'insémination artificielle

L'insémination artificielle, ou insémination intra-utérine (IIU), est une technique indolore, visant à introduire un cathéter contenant des spermatozoïdes dans l'utérus. Cette méthode permet de contourner l'obstacle de la glaire cervicale utérine insuffisante ou défaillante. En cas d'endométriose ou de stérilité inexpliquée, l'insémination peut aussi être une solution.

Pour les hommes, l'insémination est une solution qui leur est proposée suite aux résultats réalisés avec un spermogramme. Elle peut également se pratiquer en cas de maladie génétique, d'azoospermie ou de stérilité idiopathique. Dans ces cas-là, un recours à un donneur de spermatozoïdes est alors effectué.

La fécondation in vitro (FIV)

La FIV est de loin la méthode la plus utilisée en cas d'infertilité chez les couples. Cette technique de procréation médicalement assistée (PMA) permet la mise en contact d'un ovocyte et d'un spermatozoïde au sein d'un laboratoire. Ensuite, l'embryon commence son développement in vitro avant d'être transplanté dans l'utérus de la femme.

Si la femme présente une obstruction des trompes, une ménopause précoce ou une absence de production d'ovocyte, alors la FIV est la solution parfaite.

Vidéo de la chaine YouTube La Maison des Maternelles

Avoir recours aux mères porteuses

La gestation pour autrui (GPA) n'est pas toujours autorisée, cela dépend du pays dans lequel se trouve le couple voulant y avoir recours. Pourtant, cette méthode est très utilisée en cas d'absence ou de malformation de l'utérus. Le principe de cette méthode est d'implanter l'embryon du couple dans l'utérus d'une femme extérieure (mère porteuse), qui accepte à son tour de mener la grossesse jusqu'à son terme. L'enfant est ensuite donné aux parents avec qui l'accord de la gestation a été conclu.


Lire aussi :


On espère que cet article vous aura plu. N'hésitez pas à lire nos précédents articles et à nous suivre sur les réseaux sociaux pour plus de contenu. Bonne journée à tous !