Le Parlement a adopté la loi interdisant toutes les «violences éducatives ordinaires», notamment la fessée. Adopté à l’unanimité, le texte est maintenant inscrit dans le Code civil que «l’autorité parentale s’exerce sans violences physiques ou psychologiques».

C'est ce mardi 2 juillet que le Parlement a définitivement adopté la loi par un ultime vote du Sénat. La France est alors le 56e État à interdire totalement les «violences éducatives ordinaires» sur les enfants. Vous avez bien compris, il n'est plus possible d'éduquer ses enfants avec la fessée.

Selon la Fondation pour l’enfance, 85% des parents français ont déjà eu recours à des violences éducatives, 75% des maltraitances infantiles résulte de «punitions éducatives» et plus de 50% des parents ont frappé leur enfant avant l’âge de deux ans. Il est grand temps de changer cela !

Cette loi, souvent appelée "loi anti-fessée" a une portée symbolique puisque aucune nouvelles sanctions pénales ont été crées car elles existent déjà. Longtemps, on a pensé que les fessées étaient interdites par la loi mais non, il nous a fallu des années de négociations afin que cette loi soit adoptée ! Mais c'est une bonne chose. Nous pouvons éduquer notre enfant autrement qu'avec des sanctions corporelles.


À lire aussi : Que donner à manger à vos enfants lors d’une canicule ?


Merci d'avoir lu cet article !

N'hésitez pas à nous suivre sur nos réseaux sociaux et partager cet article !