Tout au long de la grossesse, chaque futures mamans se préparent à la redoutable étape qui l'attend : celle de l'accouchement. En France, la méthode la plus utilisée pour accoucher est la méthode dite "classique", faite sous assistance médicale en clinique ou à l'hôpital. Mais il existe aussi quelques alternatives aux méthodes les plus connues, moins médicalisées et plus "naturelles". On vous dit tous dans cet article !

Les principales méthodes d'accouchement

Accoucher par voie basse

L'accouchement par voie basse est la méthode la plus utilisée pour accoucher. En clinique, en maternité, à l'hôpital ou à votre domicile, vous pouvez choisir le lieu qui vous correspond le mieux pour mettre au monde votre bébé. En effet, du moment que tout se présente bien pour vous et pour l'enfant (c'est-à-dire pas de grossesse à risques, gémellaire, etc) le lieu de l'accouchement importe peu.

Ensuite, deux choix s'offrent à vous lors de l'accouchement par voie basse :

  • Accoucher avec péridurale : la péridurale est une anesthésie locale qui a pour but de diminuer les douleurs liées à l'accouchement, voire même de les supprimer. Cependant, vous continuerez de ressentir les contractions. Cette anesthésie se fait par le biais d'une piqure dans le bas du dos et met environ 15 minutes à prendre effet.
  • Accoucher sans péridurale : si vous ne souhaitez pas recevoir la péridurale, alors il vous faudra vous préparer à la douleur que procure l'accouchement. Ceci tient de votre choix personnel et vous seule pouvez en décider. Même si votre choix est d'accoucher de façon naturelle, il est néanmoins possible d'atténuer les douleurs en suivant des préparations particulières à l'accouchement comme la sophrologie prénatale, l'hypnonatal, le yoga prénatal ou le chant prénatal.

La césarienne

La césarienne se pratique dans une salle prévue à cet effet en bloc opératoire. En fonction des conditions, vous pourrez avoir une anesthésie locale, une anesthésie générale ou une rachianesthésie. Cette méthode consiste à faire une incision de l'abdomen et de l'utérus horizontalement, et du bas-ventre. Mais n'ayez crainte, la cicatrice qui en découlera sera cachée par vos sous-vêtements. Elle peut être programmée ou faite durant le travail et peut être réalisée par le corps médical pour plusieurs raisons :

  • Vous avez déjà eu une césarienne et il y a un risque de rupture utérine : c'est ce qu'on appelle l'utérus cicatriciel.
  • Votre bébé est trop gros.
  • Votre bébé est en siège : cela veut dire qu'il n'est pas dans la bonne position pour sortir.
  • Vous avez des complications durant l'accouchement et votre vie ainsi que celle de l'enfant sont mises en jeu : la césarienne d'urgence peut vous sauver.

Accouchement déclenché

Le déclenchement se fait lorsque votre grossesse ne peut se poursuivre de façon naturelle, car votre santé ou celle de votre bébé ne le permet pas. Il peut également se faire lorsque vous êtes à terme et que bébé n'est pas particulièrement pressé de voir le jour. Pour procéder au déclenchement, vous serez envoyée en maternité et vous recevrez une perfusion à base d'ocytocine. Cette hormone est celle qui va permettre de déclencher les contractions, pour ainsi ouvrir le col de l'utérus et pouvoir commencer le travail.

Vidéo de la chaine YouTube La Maison des Maternelles

Les méthodes alternatives d'accouchement

Les différentes méthodes d'accouchement moins médicalisées

De nos jours, différentes méthodes existent pour mettre au monde son enfant autrement qu'avec les méthodes citées ci-dessus. En effet, des méthodes dites moins médicalisées et plus "naturelles" peuvent vous permettre d'accoucher selon vos envies et vos convictions. Parmi elles, on peut trouver :

  • l'accouchement à domicile : avec l'aide d'une sage-femme à domicile ou d'un médecin obstétricien.
  • l'accouchement dans l'eau : souvent réalisé dans une baignoire ou dans une piscine de naissance.
  • l'accouchement en "salle nature" : c'est une salle qui propose plein d'outils de relaxation pour aider à détendre la maman et à choisir sa position d'accouchement.
  • l'accouchement sous hypnose ou sous acupuncture : ces méthodes permettent d'éviter de passer par la case péridurale.

Quelles sont les contre-indications ?

Accoucher selon ses propres désirs est une chose, mais il faut aussi que cela soit possible ! En effet, la santé de l'enfant et la vôtre sont une priorité. De plus, certains facteurs compliquent la mise en place de ces méthodes alternatives et peuvent donc être contre-indiquées de faire. Parmi elles, on trouve :

  • Si vous faites une grossesse multiple
  • Si vous avez des antécédents de césarienne
  • Si votre bébé est trop gros
  • Si vous avez du diabète lié à la grossesse
  • Si vous faites de l'hypertension artérielle
  • Si bébé est en siège
  • Si vous avez une infection qui peut se transmettre à votre bébé

Dans tous les cas, grâce aux échographies il est possible de savoir en amont si oui ou non vous pouvez avoir recours à ces méthodes alternatives.

Quels sont les risques ?

Si ces méthodes alternatives d'accouchement peuvent présenter des avantages, elles peuvent aussi présenter des risques pour l'enfant et la mère. En effet, si une complication survient pendant l'accouchement, il est recommandé d'emmener la maman le plus rapidement possible à l'hôpital. Parmi les risques les plus courants, il y a le risque d'hémorragies et le besoin imprévu d'avoir recours à une césarienne.

On espère que cet article vous aura plu et vous aura aidé à faire votre choix si vous êtes en attente d'un enfant. Pour plus de contenus, n'hésitez pas à nous suivre également sur les réseaux sociaux !