La maladie de Basedow est une maladie auto-immune qui touche entre 0,5% et 2% des femmes et est la cause de la majorité des cas d’hyperthyroïdie. Elle survient plus souvent chez les femmes que chez les hommes, en général entre 40 et 60 ans mais elle peut survenir à tout âge. Il s’agit aussi de la forme la plus fréquente d’hyperthyroïdie chez les jeunes femmes. Mal traitée, cette maladie pourrait avoir des incidences négatives sur la grossesse et sur votre bébé. Toutefois, une bonne prise en charge par un professionnel permet aux femmes enceinte de mener à bien leur grossesse.

Qu’est-ce que la maladie de Basedow ?

La maladie de Basedow est une maladie auto-immune qui se traduit par un dysfonctionnement de la glande thyroïdienne. Le système immunitaire produit des anticorps dirigés contre la glande thyroïde (reconnaisable puisqu'elle a une forme de papillon), située au niveau du cou. Ces anticorps s’attaquent aux récepteurs de la thyréostimuline (TSH). La thyroïde va alors être stimulée en permanence et produire en excès des hormones thyroïdiennes qui aboutira à une hyperthyroïdie.

Ainsi, les hormones vont circuler dans l'organisme et agir de façon simultanée sur de nombreux organes. Les effets de la maladie de Basedow vont alors être très variés d'un individu à un autre.

Avoir des antécédents de la maladie de Basedow augemente vos risques à développer la maladie à un âge plus jeune que la moyenne. D'autres facteurs peuvent aussi en être la cause : stress majeurs, les infections et la période postgrossesse.

Maladie de Basedow ou autre forme d’hyperthyroïdie ?

Il est possible de reconnaître la maladie de Basedow à l'oeil nu puisqu'il existe certain indice qui ne trompent pas. La maladie de Basedow peut faire apparaître un goitre et peut provoquer des yeux globuleux : gonflés, rouges et douloureux, appelée orbitopathie. La maladie de Basedow est secondaire à la production d’anticorps anti-récepteurs de la TSH.

C’est une maladie qui dure entre 12 et 24 mois. Elle peut guérrir seule mais un suivi est important. Elle survient lorsque les anticorps apparaissent, puis évolue spontanément avec la disparition de ces anticorps. Il existe toutefois un risque de récidive ultérieure est de l’ordre de 50%, mais la maladie n’est jamais permanente. Le traitement a pour but de bloquer la synthèse excessive d’hormones thyroïdiennes.

Grossesse et symptômes de la maladie de Basedow

Très souvent, la maladie de Basedow peut passer inaperçue lorsqu’elle se déclenche pendant la grossesse. De nombreux symptômes sont communs avec les symptômes normaux de la grossesse : nausées, vomissements, palpitations, troubles du sommeil, forte émotivité, impression d’avoir toujours chaud, tremblements et accélération du transit. Parfois le seul moyen de savoir qu'il y a un problème au niveau de la thyroïde est la perte de poids ou encore une perte de la prise de poids.

Traiter la maladie de Basedow pendant la grossesse

Il existe trois traitements sont possibles en dehors de la grossesse : les médicaments, la destruction des cellules thyroïdiennes par de l’iode radioactif ou l’ablation de la glande thyroïdienne.

Durant la grossesse, le traitement par iode radioactif est proscrit. Les femmes enceinte sont traitées par des médicaments qui sont des antithyroïdiens de synthèse. Ils vont agir au niveau de la thyroïde et stopper la synthèse des hormones thyroïdiennes en bloquant une enzyme qui est nécessaire à leur fabrication.

On retrouve principalement deux classes de médicaments :

  • les dérivés imidazolés (neo-mercazole et thyrozol)
  • les dérivés du thiouracile (propylex et basdène)

En général, traitement peut durer 1 an, ensuite si la thyroïde ne s'est pas régulé, l'endocrinologue conseillera une ablation de la glande thyroïdienne. Il faudra alors prendre des médicaments qui reproduiront les hormones de synthèse afin de remplacer la glande.

Chez les femmes enceintes, les professionnels préfèrent arrêter le traitement au bout du deuxième trimestre puisque la glande thyroïdienne s'autorégulera. Un suivi régulier reste important pour voir l'évolution de la maladie.


À lire également :


On espère que cet sélection vous aura plu. N'hésitez pas à nous suivre sur les réseaux sociaux pour plus de contenu. À bientôt sur Passion Petite Enfance !