Le placenta est un organe très important au cours de la grossesse : il permet de donner au bébé les nutriments, l'eau et l'oxygène dont il a besoin. Pourtant, même si elles ne sont pas fréquentes, la plupart des complications de grossesse sont liées à ce même organe. Il peut se décoller, ne pas être à la bonne place, avoir une forme anormale... Dans cet article, on vous explique tout sur les anomalies du placenta au cours de la grossesse.

Vidéo de la chaine YouTube La Maison des Maternelles

Les différentes anomalies du placenta à risques pour la grossesse

L'insuffisance placentaire

On parle d'insuffisance placentaire lorsque le placenta ne parvient pas à véhiculer correctement l'oxygène et les nutriments dont l'enfant à besoin pour se développer dans le ventre de sa mère. Cela se produit en raison d'un mauvais fonctionnement ou un problème de développement de l'organe en question. Il se peut qu'une mauvaise circulation du sang, des troubles vasculaires et certaines pathologies (diabète, hypertension, anémie, etc) en soit également la cause.

Cette anomalie ne peut engager le pronostic vital de la mère, mais peut tout de même :

  • Déclencher un accouchement prématuré ou par césarienne
  • Décoller le placenta de la paroi utérine

Pour l'enfant, les risques sont plus graves et peuvent causer :

  • Des troubles de l'apprentissage
  • Une restriction de croissance utérine (poids trop faible)
  • Une insuffisance en oxygène

Infarctus placentaire

On parle d'infarctus placentaire lorsque les cellules du placenta meurent massivement et brutalement (nécroses). Dans ces cellules sans vie, le débit sanguin est alors réduit, car l'apport en oxygène est insuffisant pour la survie de l'organe. Dans la plupart des cas, cela ne pose pas de problèmes pour l'enfant. Toutefois, si la mère fait de l'hypertension sévère, il est possible que cela freine la croissance du bébé, voire cause sa mort.

En général, cette anomalie est provoquée par :

  • L'âge
  • L'hypertension artérielle
  • Le diabète
  • L'hérédité
  • Le tabac
  • L'obésité (excès de gras ou de sucres)

Décollement placentaire

En temps normal, le placenta se décolle naturellement suite à l'accouchement. Mais lorsque le placenta se détache trop tôt de la paroi utérine, on parle alors de décollement placentaire. Cependant, si le placenta se décolle alors que le bébé n'est encore qu'un embryon (pendant les 2 premiers mois), on parle alors de décollement trophoblastique.

Le décollement du placenta peut représenter certains risques pour l'enfant et la mère. En effet, si cela se produit durant le premier trimestre de gestation, alors il existe un risque de fausse couche. S'il se produit durant le 2ème ou le 3ème trimestre de la grossesse, alors des saignements peuvent survenir. Dans ces cas-là, il est très important d'aller consulter rapidement un professionnel afin de savoir d'où cela peut venir !

Ceci peut être provoqué par :

  • L'âge : une grossesse après 35 ans
  • De l'hypertension artérielle
  • La pré-éclampsie
  • Le tabac
  • La drogue

Le placenta praevia

Au début de la grossesse, il est possible d'apercevoir chez certaines femmes que le placenta est situé vers le bas. À ce stade de la grossesse, cela ne pose pas réellement de problème puisque ce dernier peut encore bouger pour sa positionner à sa place initiale, en haut de l'utérus.

Toutefois, il est possible que le placenta reste vers le bas et recouvre partiellement, voire entièrement, le col de l'utérus : c'est ce qu'on appelle le placenta praevia. Ainsi placé, le placenta empêche que le bébé sorte par le col de l'utérus (donc de façon naturelle) et implique donc d'avoir recours à la césarienne. Mais ce n'est pas tout, un placenta mal placé doit impérativement être surveillé, car il peut également provoquer des hémorragies et causer d'autres complications.

Il faut savoir que toutes interventions sur l'utérus pour provoquer des lésions et ainsi provoquer par la suite un placenta praevia. Des césariennes antérieures, une grossesse multiple, un traitement de fertilité ou une interruption volontaire de grossesse (IVG) peuvent également causer cette anomalie. Le tabac et la drogue sont également à proscrire.

En terme de risque, le placenta praevia peut :

  • Ralentir la croissance du foetus
  • Causer une anémie foetale
  • Provoquer un choc ou la mort de la mère si les saignements sont trop importants
  • Provoquer une infection ou une formation de caillots de sang
  • Provoquer une perte de sang nécessitant une transfusion
Photo prise sur le site de https://www.aboutkidshealth.ca

Le placenta accreta

A contrario du décollement placentaire, on parle de placenta accreta lorsque l'organe s'est si bien implanté dans l'utérus qu'il a du mal à s'en défaire, même lors de l'accouchement.

Cette anomalie peut survenir en cas d'utérus cicatriciel (césarienne, curetage, etc), de malformations utérines, de FIV (fécondation in vitro) ou de placenta praevia justement.

Les risques de cette anomalie placentaire sont :

  • Risque d'hémorragie important
  • Obligation d'accoucher par césarienne
  • Possible hystérectomie (ablation de l'utérus)
  • Risque d'infection si le placenta n'est pas retiré et qu'il ne se décolle pas tout seul quelques jours après l'accouchement

On espère que cet article vous aura permis d'y voir plus clair sur les complications et les risques liés au placenta lors de la grossesse. N'hésitez pas à aller lire nos autres articles pour plus d'informations et de contenus.